Selon Serge Tisseron(1) (psychiatre et psychanalyste) l’extimité correspond au désir de rendre visible ce qui est de l’ordre de l’intime. On définit donc ce qui est « extime », ce qui est intime et exposé au grand jour.

 

Une tendance online : l’extimité, l’exhibitionnisme maitrisé des réseaux sociaux

La tendance de l’extimité se retrouve énormément sur les réseaux sociaux, particulièrement sur Instagram et Youtube. Chaque utilisateur est libre de montrer des moments de sa vie privée. Cependant, nous avons affaire à une intimité réappropriée, l’intimité exposée est toujours soigneusement sélectionnée.

La mise en avant de sa sphère intime permettrait de renforcer l’estime de soi. Montrer ses moments du quotidien pour être approuvé par son public, par ses followers. Effectivement, on retrouve un certain narcissisme dans cette action d’exposer l’intimité, avec le désir d’être apprécié par les autres avant même d’avoir de l’estime pour soi. L’approbation de sa sphère est alors nécessaire au quotidien : ses tenues, ses repas, ses voyages, ses lieux quotidiens,…

 

L’extimité sur Instagram

Les influenceurs et les célébrités montrent leur quotidien à une sphère publique. Ils assument alors d’offrir une intimité faussement naturelle. Leurs vies semblent alors particulièrement mises en scène (Beyoncé n’est que marketing). D’autres utilisateurs montrent des fragments de vie très intimes (l’intagrammeuse Chiarra Feragni exhibe les détails de sa grossesse), très joyeux (l’instagrammeuse TashOakley ne semble vivre qu’en bikini sur des plages ensoleillées) ou encore tristes (la youtubeuse Enjoy Phoenix n’hésite pas à montrer ses coups de blues dans des vidéos).

Les stories (images et vidéos en ligne 24h) permettent de montrer sa vie dans l’instant. Il y a aussi les lives qui eux montrent encore plus l’intime, car il n’y a plus de filtre. On se montre en direct, on raconte une anecdote, montre une tenue, un concert, ou on se filme en train de faire la cuisine.

 

extimité

 

extimité

L’extimité sur Youtube 

La plateforme de vidéos permet de montrer son intimité de manière différente : son corps, ses attitudes, ses mouvements, ses tenues et ses logements. Les vidéos sont plus ou moins retouchées. On remarque la tendance du vlog, ce contenu de communication à vocation de carnet, de journal ou d’agenda, réalisé sur support vidéo. Ce format permet de mettre en scène une journée, un voyage. Le but est d’intégrer sa communauté dans des moments de vie personnels.

Exemple YouMakeFashion : la blogueuse Margot se sert de la plateforme Youtube pour montrer son quotidien, ses voyages, ses rencontres avec des lectrices, ses achats,… Ci-dessous un exemple de vlog dans lequel elle va jusqu’a nous montrer comment se déroule ses courses.

extimité

 

L’extimité sur les autres réseaux

Snapchat vise un public plus adolescent et permet de partager des photos éphémères et des stories. Instagram s’est réapproprié les fonctionnalités de Snapchat. De ce fait, les utilisateurs commencent à délaisser ce réseau.

Facebook permet de montrer son intimité mais les comptes sont généralement bloqués et accessibles par sa communauté « d’amis ». Les influenceurs ont des pages publiques qui correspondent totalement à la ligne éditoriale de leurs autres réseaux sociaux.

Twitter est utilisé pour commenter l’actualité, cependant on remarque que les utilisateurs plus jeunes (moins de 22 ans) ont tendance à commenter leur vie personnelle.

Ainsi, les blogs permettent l’écriture : sorte de journal de bord avec des thématiques variées (résolutions, voyages, accouchement, recettes,…)

L’extimité est donc ultra présente, peu importe le réseau social et frôle l’exhibitionnisme.  L’extimité est issue d’un désir que peut avoir tout être humain, consciemment ou inconsciemment, de rendre accessible tout ou partie de ce qui est de la sphère de l’intime. Avec toujours plus d’utilisateurs et de communautés sur les réseaux sociaux, il ne fait aucun doute que l’extimité a de beaux jours devant elle…

 

(1) Serge Tisseron, L’intimité surexposée, Hachette Littérature

 

Auteur : Sophie Ranc