Washington, 21 Janvier 2017. Au lendemain de la cérémonie d’investiture du 45e Président des Etats-Unis, the Women’s March réunit 500 milles manifestants militant pancartes à la main. Initialement « marche pour les femmes », cette manifestation devient lieux des revendications en faveur d’une Amérique libre et juste pour tous. Et celui qui est pointé du doigt n’est autre que ce bon vieux Donald Trump.

Affiches, slogans et accroches sont au rendez-vous ; les mots interpellent, les mots provoquent. Les mots comme armes. À l’heure des revendications, le peuple se veut copy writer. Il entremêle les mots pour créer des punchlines, pour impacter ses dirigeants, pour soutenir leurs voix qui crient déjà à gorges déployées. Le peuple se veut créatif, et il surprend par des pancartes revendicatrices aux tournures aiguisées teintées d’un humour sarcastique.

Il y a les féministes : « Weak men fear strong women. »

Mais aussi les défenseurs des immigrants : « Build a wall around Trump »

Même les séniors contre-attaquent : « Now you’ve pissed off grandma »

Puis il y a ceux qui viennent se battre pour les droits des hommes et des femmes de toutes origines, religions, orientations sexuelles: « Si j’accueille des musulmans sans papiers, des immigrants réfugiés noirs, des étrangers dans mon utérus, essayeriez-vous de les sauver ? »

protestation USA

Ironie du sort, le peuple tourne des sujets sérieux en dérision en les prenants au second degré, « jokant » sur l’absurdité de la situation, de cette « nouvelle ancienne Amérique » que Trump veut établir. Parce que le peuple ne reviendra pas silencieusement aux années 50’s, « Will not go quietly back to the 1950s », il se soulève pour réveiller les consciences et il enflamme les réseaux sociaux à coup d’hashtag « #womensmarch ». Car oui, le peuple utilise aussi les outils digitaux pour faire passer son message; après tout pourquoi les marques en auraient-elles le privilège?

Le peuple choisit la stratégie du guérilla marketing pour créer le buzz. Au travers de cette opération coup de poing, le peuple américain espère créer un impact fort auprès de ses cibles. Il définit pour cœur de cible son gouvernement, pour cible principale ses concitoyens américains et pour cible secondaire les  militants des droits de l’Homme du monde entier. Et son message devient viral. Mais qu’est ce que le peuple veut nous dire? Ses objectifs de communication sont clairs : obliger son gouvernement à respecter les droits universels de l’Homme avec un grand H et rallier un maximum de personnes pour lutter ensemble pour plus d’égalité et d’entraide.

Les militants promettent de ne pas se laisser voler leurs droits, de ne pas laisser Trump ternir une Amérique qui a mis si longtemps à se construire. C’est sur le rappel des valeurs de son pays que repose la stratégie du peuple. Les Etats-Unis représentent la liberté ; la liberté d’être, de parole, de religion, le multiculturalisme et l’égalité. Et les preuves sont plurielles. C’est au travers des mots de leaders de mouvement, d’artistes militants, des figures qui ont marqué l’histoire de l’Amérique que le peuple justifie son positionnement : Audre Lorde, Martin Luther King ou encore Angela Davis ; « Je n’accepterais pas plus longtemps ce que je ne peux pas changer, je changerais ce que je ne peux pas accepter ».

manifestation USA

L’axe de communication s’inscrit dans cette protection du droit d’être ce que l’on est et d’avoir sa place dans cette Amérique post Obama. Son concept ? Nous nous sommes battus hier, nous nous battons aujourd’hui, nous nous battrons demain pour assurer nos droits, pour une Amérique toujours plus juste et progressiste.

Sans oublier qu’une mobilisation réussie est une mobilisation médiatisée, le peuple a fait appel à une arme secrète : les célébrités. Les chaines nationales et internationales relayent les interventions de Madonna, Alicia Keys et autres artistes militants venus soutenir la cause et assurer une visibilité maximisée. Et quel a été le feed back ? Trois tweets du @realDonaldTrump : un offusqué, un narguant,  un conciliant!

tweet Trump 1

tweet Trump 2

tweet Trump 3

Rédaction : Whitney Agui ; Mise en page : Joana Neves

Sources :

https://www.washingtonpost.com/news/post-politics/wp/2017/01/22/trump-takes-to-twitter-to-weigh-in-on-womens-march-tv-ratings-for-inauguration/?utm_term=.aaffa5953f61

http://www.latimes.com/entertainment/tv/la-et-tv-coverage-march-20170121-story.html

http://www.mediamatters.org/blog/2017/01/22/fox-news-under-fire-undercovering-womens-march/215081

http://edition.cnn.com/2017/01/21/politics/womens-march-protests-live-coverage/

http://edition.cnn.com/2017/01/21/politics/trump-women-march-on-washington/

http://www.foxnews.com/politics/slideshow/2017/01/21/slideshow-womens-march-on-washington.html#/slide/women-s-march-on-washington-1

https://www.instagram.com/p/BPs-j9lgB89/?tagged=womensmarchwashington

https://radiovl.fr/marche-femmes-opposer-donald-trump/

https://www.womensmarch.com/

http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/la-women-s-march-on-washington-s-exporte-a-paris-et-autour-du-monde-18-01-2017-6584232.php